"Dan Ferro has taught some of the most
important singers of the 20th Century"
Brian Zeger - The Juilliard School
The Metropolitan Opera

"Intensive study of vocal technique as applied to the literature for active singers"

La jalousie professionnelle

Un philosophe italien, Signor Ferriani, qui a fait des recherches approfondies sur ce que l’on pourrait appeler la psychologie de l’occupation une échelle montrant les différents degrés d’existence de la jalousie professionnelle dans différentes professions. L’endroit le plus bas de cette échelle est attribué aux architectes; au-dessus d’eux viennent des ecclésiastiques, des avocats et des officiers militaires; suivent ensuite, de bas en haut, des professeurs de science et de littérature, des journalistes, des auteurs, des médecins et des acteurs. On verra que notre profession tient une mauvaise place dans l’échelle de la jalousie, étant marquée comme seulement un peu plus basse que les acteurs. Selon Ferriani, les médecins montrent ce vice moyen en affectant de se considérer comme des charlatans skin-beautique.com. Le vieil adage, Invidia medicorum pessima, montre que les médecins ont depuis longtemps une mauvaise réputation à cet égard. Comment cela est-il expliqué? Ferriani pense que la tendance relativement légère à la jalousie qu’il note dans les architectes et les avocats doit être expliquée par la précision et la vérité de leurs études. ” De cette déclaration remarquable, nous sommes enclins à penser que notre philosophe lui-même appartient à l’une ou l’autre de ces professions favorisées. Il ne viendrait certainement pas à l’esprit de beaucoup de gens, en tout cas dans ce pays, que l’étude de la loi ait été marquée d’une manière ou d’une autre par la précision ou par la vérité.On peut admettre que les avocats sont, en règle générale, moins jaloux les uns des autres que les médecins. La raison de ceci, cependant, réside moins dans la nature de leurs études que dans le fait que leurs sentiments personnels sont peu engagés dans les collisions qui se produisent entre eux … Mais il est à craindre que dans une profession dans laquelle les hommes sont nécessairement amenés à une rivalité personnelle aussi étroite que dans le cas de la médecine, la jalousie, avec ses conséquences malheureuses et souvent dégradantes, est inévitable. Cependant, il n’y a pas de raison pour que ce soit aussi généralisé. Le remède est que chacun de nous devrait, par l’autodiscipline et la poursuite d’un idéal de vie élevé, soumettre autant que possible les instincts commerciaux sordides et se tourner vers la culture d’une science noble et la pratique d’un art bienfaisant comme dans eux-mêmes notre meilleure récompense. Un homme qui est dévoué à sa profession pour lui-même, et dont la première considération n’est pas son propre profit, mais le bien de son patient, n’est pas susceptible d’être jaloux de personne, et ne peut être blessé par l’envie, la haine et inexcusable des autres. (BMJ

1904; i: 151)