"Dan Ferro has taught some of the most
important singers of the 20th Century"
Brian Zeger - The Juilliard School
The Metropolitan Opera

"Intensive study of vocal technique as applied to the literature for active singers"

La charité met en garde contre l’impact climatique sur les nations les plus pauvres

Les personnes les plus pauvres du monde, dans certains des pays les plus nécessiteux, seront les plus durement touchées par les changements climatiques, selon un rapport de Christian Aid. L’effet pourrait être si grand qu’il annihilerait toute tentative de développement durable dans ces pays. “ Aucun autre problème ne présente un danger aussi clair et actuel pour le bien-être futur des pauvres dans le monde, ” Le rapport estime que d’ici la fin du siècle, 182 millions de personnes en Afrique subsaharienne pourraient à elles seules mourir d’une maladie directement imputable au changement climatique. Les changements climatiques alimentent déjà la violence dans les zones touchées par la sécheresse au Kenya. Les éleveurs nomades du nord du pays ont commencé à s’entretuer sur le droit d’arroser leurs bovins dans un nombre décroissant de trous d’eau. Les sécheresses récentes en Afrique de l’Est sont un avant-goût de ce qui va arriver. “ Si le changement climatique reste incontrôlé, il est difficile de voir comment les objectifs de développement du millénaire de l’ONU, qui visent à réduire la pauvreté mondiale de moitié d’ici 2015, peuvent être atteints, ” Il dit.Le changement climatique conduira à plus de sécheresse et d’inondations, avec un impact direct sur la santé et la vie des gens. Les personnes les plus pauvres sont moins susceptibles d’avoir accès à des systèmes d’alerte précoce qui les aideront à se préparer à une tempête; ils vivent sur des terres plus susceptibles d’être inondées parce qu’ils ne peuvent se permettre nulle part ailleurs; et ils dépendent souvent de leurs terres pour leur subsistance, donc ils sont vulnérables s’ils sont inondés ou s’il y a une sécheresse.La hausse des eaux de mer affectera probablement non seulement des régions comme le Bangladesh, mais aussi le Vietnam, l’Égypte et plusieurs îles du Pacifique et des océans indiens. Le rapport va au-delà de la simple mobilisation des pays industrialisés. Au contraire, il veut voir le développement de l’énergie solaire, éolienne et hydraulique dans les pays en développement, plutôt que d’adopter la dépendance des pays industrialisés à l’égard des combustibles fossiles.